Lecture d'un article de la rubrique "Les traitements"

Les végétations

 sont des glandes qui constituent les premières défenses des enfants en bas âge contre les microbes s'introduisant des ses fosses nasales. Cependant, elles arrivent qu'elles se retournent contre le système immunitaire et deviennent le foyer d'infections récurrentes...


Sommaire des sous-parties

Ablation des végétations

L'un des éléments pouvant entraîner la récidive des otites se trouve dans le cavum, l'arrière-nez. En effet, chez les enfants de dix et moins, dans les fosses nasales, se trouvent des glandes adénoïdes aussi appelées végétations. Leur ablation peut parfois arrêter la récurrence des otites. Dans cet article, il sera question de ce que sont ces glandes, mais aussi de ce qu'amène la chirurgie consistant en leur ablation.


Qu'est-ce que sont les végétations?

Végétations adénoïdes


Les végétations

 sont souvent comparées à une éponge se trouvant à l'arrière et au sommet des fosses nasales. On peut faire cette comparaison, car les végétations sont un siège de production d'anticorps, des globules blancs, constituant ainsi une barrière pour les microbes, et limitant leur accès aux voies respiratoires supérieures. Bref, elles piègent les microbes et impuretés qui entrent dans les voies respiratoires d'un enfant de moins de dix ans. Après avoir captés les microbes, les végétations vont lancer le signal de production d'anticorps pour les détruire. Leur «identité» sera enregistrée dans la mémoire du système immunitaire pour les reconnaître lors d'une exposition future, et réagir efficacement.

Ces glandes sont en place dès la naissance et sont une protection efficace pour le nouveau-né. Toutefois, au environ de la dixième année de vie de l'enfant, elles s'atrophient pour disparaître complètement, l'enfant ayant un système immunitaire beaucoup plus résistant aux infections qu'au moment de sa naissance.


Pourquoi procéder à leur ablation?

Les végétations

 se retournent quelques fois contre l'organisme. En effet, en contact incessant avec des infections (amygdalites, rhinites), il arrive parfois qu'elles deviennent elles-mêmes le foyer d'infections. À ce moment, elles sont hypertrophiées et obstruent les trompes d'Eustache. Dans ce cas, elles peuvent causer des otites à répétition.

Aussi, les végétations hypertrophiées rendent la respiration de l'enfant plus difficile et il devra respirer par la bouche pour palier à l'obstruction du nez. Respirer par la bouche risque d'assécher les muqueuses et les irriter, causant de nouvelles infections.

Leur ablation vient enrayer ce problème, mais ce n'est pas la première solution envisagée. En effet, les médecins essayeront d'abord des traitements par immuno-stimulants, notamment à base de soufre, pour provoquer une atrophie des végétations. En cas d'échec de ce traitement et de persistance des troubles ORL, ils procèderont à leur ablation. Les médecins préfèreront aussi attendre que l'enfant ait entre 4 et 8 ans avant d'en venir à cette chirurgie.

Ne plus avoir de végétations signifient la perte d'une barrière importante contre les microbes. Cependant, dès l'âge de 4 ans, les dangers sont moindres et on peut envisager cette intervention. La chirurgie est indolore et sans risques. Elle prend seulement que 30 à 40 minutes, mais la convalescence est beaucoup plus longue. Non pas que la cicatrisation soit lente, loin de là, mais le danger se situe au niveau des risques d'infection.

Après l'opération, les premiers jours, l'alimentation sera très simple (crème glacée, sorbets, pudding) et le retour à la normale s'effectuera progressivement en commençant par des aliments tièdes et mous. L'hygiène buccale doit se faire en douceur, de même pour l'hygiène du nez. Il est important de ne pas forcer la déglutition ni le mouchage afin de ne pas rouvrir le saignement. Pour ce qui est des activités physiques, elles doivent bien sûr être limitées au minimum pour ne pas stimuler la circulation sanguine.

Quoiqu'il en soit, l'intervention est sans risques et il est impératif de rassurer l'enfant avant celle-ci afin que la convalescence ne soit pas trop pénible pour lui. Aussi, l'intervention est beaucoup moins fréquemment pratiquée qu'autrefois, car les traitements par immuno-stimulants sont beaucoup plus efficaces.