Lecture d'un article de la rubrique "Enfant et maladie"

Les activités

 de l'enfant sont affectées par les otites à répétition, car il affecte ses possibilités de bouger. Ses relations interpersonnelles à l'école sont également limitées. Et ce, en raison de ses absences fréquentes. Le phénomène nuit donc grandement à l'enfant et nous allons voir dans cet article plusieurs activités qui sont limitées par la maladie.


Sommaire des sous-parties

Les activités

La maladie affecte l'enfant sur plusieurs plans de sa vie. Notamment, sur le plan de ses activités autant sportives que sociales. Les sports et les sorties sont parfois limités par le fait que l'enfant est sujet aux otites à répétition. Cela est fort triste, car un enfant éprouve souvent le besoin d'être sans cesse en mouvement.


Les activités sportives

Les activités sportives

 de l'enfant sont affectées même s'il n'est pas dans un épisode d'otites. Il ne souffre d'aucun mal apparent, mais pourtant, il doit restreindre ses activités afin de ne pas développer une nouvelle otite ou pour ne pas endommager ses oreilles.

La natation est le premier sport qui se voit affecter par les otites récidivantes. En effet, il est souvent contre-indiquer de se baigner lorsque l'on est sujet aux otites. Premièrement, car la pression de l'eau sur un tympan fragile peut le perforer et entraîner une otite externe. Deuxièmement, car une eau infectée peut elle aussi entraîner ce genre d'otites et finalement, car lors d'une otite moyenne à tympan ouvert, aucune eau doit pénétrer dans le conduit auditif et par le fait même, dans la cavité tympanique. Aussi, pendant les six mois où est en place un drain trans-tympanique, le tympan étant en quelque sorte ouvert, toute baignade est interdite et il faut faire très attention lors du lavage des cheveux.

Aussi, un autre sport qui ne fait pas bon ménage avec l'otite (séreuse surtout) est la course. S'il y a du liquide derrière le tympan, lors d'une activité physique telle que la course, celui-ci bouge et bloque l'oreille, c'est-à-dire que l'on entend moins bien pendant un moment et c'est très dérangeant pour un enfant de perdre son audition. Tous les sports d'hiver sont parfois aussi difficiles à pratiquer si l'enfant ne se revêt pas très bien. Le froid est mauvais pour l'oreille et peut causer des otites à la suite d'un rhume.

Toutefois, ce qui affecte vraiment l'enfant dans les sports, c'est lorsqu'il est dans un épisode d'otites. La douleur est si intense qu'il ne peut exercer un sport. Pendant 48 heures, il est confiné dans son lit et c'est ce qui est le dur pour un enfant en bas âge : ne pas pouvoir bouger alors qu'on en aurait envie...


Les activités sociales

Les activités sociales

 sont également parfois limitées par sa maladie, car les endroits publics où il y a beaucoup de bruit sont difficiles à supporter pour l'enfant qui a une otite. La douleur est déjà bien présente derrière le tympan et si on sollicite le tympan par le bruit, cela ne fait que l'augmenter. En outre, les activités comme les feux d'artifices sont quasi impossible lorsque l'enfant est dans un épisode.

Aussi, si l'enfant entend moins bien en raison d'une surdité partielle minime, il doit sans cesse demander de répéter en disant «pardon» ou «quoi», cela devient vite irritant pour lui. Il est parfois incapable de suivre une conversation et cela lui nuira dans ses relations interpersonnelles, mais aussi dans ses études.


Les activités quotidiennes

Certaines activités quotidiennes

 et/ou routinières de l'enfant sont affectées par les otites récidivantes. Les affections sont soit dérangeantes pour l'enfant, soit sournoises.

Par exemple, le lavage des cheveux devient pénible pour lui, car il doit faire très attention qu'aucune goutte d'eau n'entre dans son conduit auditif. Autant lorsqu'il ne souffre pas d'une otite que lorsqu'il en a une ou lorsqu'il a des drains trans-tympanique dans une oreille. Le bain deviendra une chose qu'il détestera par-dessus tout en raison de sa complexité...

Toutefois, avec la technologie qui ne cesse de progresser dans le domaine des objets pour enfants, ceux-ci se voient vite exposés aux lecteurs MP3 et autres objets permettant d'écouter de la musique. Dans le cas d'une otite séreuse où il y a une perte d'acuité auditive, l'enfant utilisant l'un de ces objets doit souvent augmenter le volume pour entendre correctement. Lui ne dénotera pas de différence immédiatement, mais en étant exposé trop souvent à une musique dont le volume est trop élevé, cela détruira ces cellules auditives. Ce processus est très sournois et il est impératif de surveiller les enfants qui écoutent de la musique de cette manière.

Écouteurs


Aussi, il sera souvent impossible pour l'enfant d'écouter de la musique lorsqu'il fait une otite, car le son le fera souffrir et que, dans le cas d'une otite externe, il lui serait impossible de mettre l'écouteur dans son oreille en raison de l'inflammation. Il est également important de bien désinfecter les écouteurs, car ceux-ci peuvent traîner partout et avoir été dans d'autres oreilles. Cela peut faciliter la transmission d'une infection qui affectera l'oreille.

En conclusion, les activités de l'enfant sont, selon la gravité de la maladie, affectées par le phénomène des otites récidivantes. Quoi que nous essayions de faire pour leur rendre la vie plus belle, leurs activités seront toujours affectées tant et aussi longtemps que la source réelle du problème n'aura pas été identifiée.

Autres articles de la même rubrique

Désespoir quotidien

Imprimer cet article
Commenter l'article