Lecture d'un article de la rubrique "Anatomie - Oreille"

Les structures internes

 de l'oreille sont sensibles au moindre changement de votre environnement. En effet, elles reconnaissent la position de votre corps dans l'espace aux mêmes titres que nos yeux. Toutefois, ce n'est pas leur seul et unique fonction: elle sont les transmetteurs du son vers le cerveau.


Sommaire des sous-parties

Les structures internes

Les structures de l'oreille interne regroupent les organes jouant un rôle dans deux sens du corps humain : l'ouïe et l'équilibre. Le sens de l'équilibre permet au cerveau de connaître la position de notre corps dans l'espace : sommes-nous à l'endroit ou à l'envers? La tête est-elle droite? C'est ce rôle que jouent les canaux semi-circulaires dans notre corps. La cochlée, quant à elle, augmentera encore la puissance des ondes sonores pour ensuite les envoyer au cerveau, véritable ordinateur traitant tout ce qu'il reçoit.


La cochlée

La cochlée

, autrefois appelé limaçon, doit son nom à l'enroulement particulier qui le caractérise. À l'intérieur de celle-ci se trouve un liquide qui, entrant en mouvement par le mouvement mécanique des osselets, fera à son tour bouger les poils tapissant les parois de l'organe de Corti, situé à l'intérieur de la cochlée. Ces mouvements seront ensuite traduits en influx nerveux qui partiront en direction du cerveau. La cochlée est, en outre, constituée de trois grandes parties : la rampe vestibulaire, la rampe tympanique et le canal cochléaire.

La rampe vestibulaire est située à la base de la cochlée. C'est d'ailleurs à cette même base que se trouve la fenêtre ovale sur laquelle est appliquée l'étrier. C'est par cette mince paroi souple qu'entrent les vibrations dans le périlymphe (liquide remplissant la cochlée), se propageant de la base (le vestibule) vers le sommet (apex) de la cochlée.

Promenade autour de la cochlée


La rampe tympanique est reliée à la rampe vestibulaire et est également emplie de périlymphe. Les vibrations provenant de la rampe vestibulaire dans la rampe tympanique par l'hélicotréma puis se propagent jusqu'à la base de la cochlée, où elles stimulent la fenêtre ronde, qui subit des déformations opposées à celles imposées par l'étrier à la fenêtre ovale. Ainsi, on peut dire que la fenêtre ronde sert en fait à renvoyer les vibrations résiduelles vers la caisse du tympan. Le schéma à droite illustre bien ces dires. Les flèches rouges correspondent aux vibrations en provenance de la fenêtre ovale et les bleues, celles qui se dirigent vers la fenêtre ronde.

Le canal cochléaire est, quant à lui, relié au deux rampes. Il est d'ailleurs compris entre ces deux structures. Le canal cochléaire contient l'organe de Corti, l'élément sensoriel de l'audition, qui est stimulé mécaniquement par les vibrations se propageant à l'intérieur des rampes cochléaires. Plus précisément ce sont les différences de pression entre les rampes vestibulaire et tympanique qui agissent sur l'organe de Corti.


L'organe de Corti

L'organe de Corti

 est l'élément sensoriel de l'audition. Baignant dans l'endolymphe, l'organe de Corti s'étant tout le long de la cochlée, plus précisément dans le canal cochléaire. Ses parois sont tapissés de milliers de cellules sensorielles cillées (24 000 par oreille) reliées aux fibres nerveuses du nerf auditif. On distingue deux types de cellules sensorielles cillées.

Les CCI (cellules cillées internes) informent le cerveau de la présence de vibrations dans l'organe de Corti à cause de stimulations sonores. Les CCE (cellules cillées externes), trois fois plus nombreuses que les CCI, amplifient les vibrations détectées par les cellules internes. Elles sont donc essentielles pour la sensibilité de l'oreille et ce sont souvent elles qui sont endommagées par l'écoute prolongée d'un baladeur dont le son est trop élevé.

Une propriété de base de l'organe de Corti est qu'il effectue une analyse en fréquence (Hz) des stimulations sonores. Des parties différentes de l'organe sont stimulées selon le degré d'amplitude du son perçu. En effet, les hautes fréquentes (sons aigus) stimuleront les régions basales de l'organe de Corti, tandis que les basses fréquences (sons graves), l'apex situé au centre de la cochlée. L'intensité du son est, quant à lui, observé en fonction de la vitesse de répétitions des impulsions nerveuses.

Promenade autour de la cochlée


En résumé, le tympan perçoit les sons pour les transformer en vibrations mécaniques. La chaîne d'osselets transmet ces mouvements vers la fenêtre ovale, c'est l'entrée dans la cochlée. Ici, c'est un liquide qui transmet les vibrations au niveau supérieur. De la rampe vestibulaire et de la rampe tympanique, toutes deux emplies de périlymphe, les vibrations sont transmises au canal cochléaire renfermant l'organe de Corti. Les cellules cillées transmettent les vibrations de l'endolymphe aux fibres qui se chargeront de créer des influx nerveux. Ces influx voyageront par le nerf auditif et se rendront au cerveau où ils seront interprétés. L'image à droite nous montre un schéma de la dernière partie de la transmission des sons vers le cerveau.


Les canaux semi-circulaires

Les canaux semi-circulaires

sont au nombre de trois et se croisent chacun à angle droit. L'un est parallèle au sol, le deuxième, parallèle au côté de la tête et le troisième, parallèle au front du visage. Ces canaux sont responsables de la perception des mouvements de la tête. Ils occupent d'ailleurs la majeure partie de l'oreille de l'interne pour effectuer cette tâche. Chaque canal contient un liquide et des cils sensitifs reliés à des cellules réceptrices qui transmettent les informations au cervelet.

Canaux semi-circulaires


Lors de l'inclinaison de la tête, le liquide exerce une pression sur les cils sensitifs des cellules réceptrices qui transformeront cette pression en signaux électriques. Ces derniers seront envoyés au cerveau grâce à des impulsions nerveuses.

La détection du mouvement linéaire: Quand la tête est droite, les poils sensoriels des cellules de l'oreille sont ancrés dans une membrane gélatineuse et restent dressés. Si la tête est inclinée, la force de gravité fait bouger la membrane. Ce mouvement entraîne les poils sensoriels qui émettent des influx nerveux.

La détection du mouvement de rotation: Les cellules de crêtes sont ancrées dans une masse gélatineuse en forme de cône, la cupule. Quand la tête est immobile, le liquide des canaux ne bouge pas, la cupule est droite. Si la tête tourne, le liquide bouge et déplace la cupule, courbant les poils sensoriels qui émettent des impulsions nerveuses.


L'oreille interne

 est somme toute très complexe. Chaque structure a son rôle est un mal fonctionnement de l'une d'elles entraîne le dérèglement de toutes. Cet article n'était qu'un survol des structures de l'oreille interne concernant les deux sens qui y sont traités : l'ouïe et l'équilibre. Je vous invite à faire des recherches afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces structures.

Articles ayant un sujet connexe

Tympan et osselets
Otite interne