Lecture d'un article de la rubrique "Les traitements"

Les drains trans-tympaniques

, ces petits tubes faits de silicone, sont le traitement le plus fréquent et le plus effectif contre le phénomène des otites récidivantes. Il sera donc question de ce traitement possible dans cet article, mais tout d'abord, parlons de la paracentèse.


Sommaire des sous-parties

Drain trans-tympanique

L'un des traitements les plus fréquents pour la récidive des otites moyennes est la paracentèse suivie de la pose d'aérateurs trans-tympaniques ou yoyos. Ce traitement est nécessaire lorsqu'il y a épanchement de liquide dans la cavité de l'oreille moyenne. C'est une intervention chirurgicale sans risque, car les techniques sont très bien maîtrisées.

Aussi, si la récidive est trop fréquente, il arrive que le tympan soit endommagé à tel point qu'il faut le reconstruire pour rétablir l'audition perdue. Il sera donc question de cette intervention dans cet article.


La paracentèse

La paracentèse

 est une incision du tympan sous examen au microscope. Elle s'exécute sous une anesthésie générale chez les enfants en bas âge et sous anesthésie locale pour les plus vieux et les adultes. L'anesthésie générale est nécessaire chez les plus jeunes, car il ne faut qu'en aucun cas un mouvement vienne perturber la concentration du chirurgien. Un mouvement aurait tôt fait de causer des dommages dans le conduit auditif ou même, sur le tympan lui-même.

Cette intervention traite la douleur provoquée par la pression due à des sécrétions contenues dans la cavité tympanique, comme par exemple dans l'otite moyenne aiguë. Il s'agit d'une opération loin d'être bénigne. En effet, un tympan percé de manière brutale ou inadéquate peut rapidement entraîner une surdité au moins partielle.

L'emploi seule de la paracentèse n'est plus pratique courante, car les antibiotiques de plus en plus puissants suffisent à éliminer le liquide séro-muqueux. Cependant, elle est souvent nécessaire lorsque ces derniers ne fonctionnent pas. Elle l'associera aux yoyos qui draineront la cavité pendant plusieurs mois.


Les drains trans-tympaniques

Les aérateurs trans-tympaniques

 (ou yoyos, ou même diabolos) portent ces noms à cause de leur forme qui rappelle ces objets. La pose de ces petits tubes doit tenir compte de deux facteurs : la récidive ou persistance d'une otite séreuse et une baisse d'audition. En effet, l'accumulation de liquide derrière le tympan entraîne une perte de sensibilité de ce dernier et donc une baisse de l'audition.

Tubes trans-tympaniques


Les drains maintiennent ouverte l'incision du tympan, aidant ainsi à rééquilibrer la pression de l'oreille moyenne et à drainer les sécrétions séro-muqueuses. Le yoyo restera en place pour une durée de six à douze mois avant d'être entraîné vers l'extérieur par les mouvements péristaltiques du conduit auditif. L'incision se refermera alors d'elle-même. Durant ces mois, votre médecin ORL effectuera des contrôles répétés afin d'éviter des problèmes.

Les complications sont très rares, car la myringotomie, technique de mise en place d'un drain, est simple et bien maîtrisée. Cependant, et c'est normal, il peut y avoir un écoulement de liquide dans le conduit auditif. L'infection est rare, mais si elle survient, des antibiotiques seront la meilleure solution. Aussi, il arrive parfois que le drain soit expulsé prématurément, ce qui causera quelques fois la récidive de la maladie.

Après cette chirurgie, aucun liquide ni goutte d'eau ne doivent être introduits dans l'oreille. La douche et le bain sont permis à condition de protéger l'oreille par une boule de coton ou des protecteurs de conduit auditif. Dès la cicatrisation du tympan, le retour à la normale s'effectue et l'on peut de nouveau se baigner normalement. La cicatrisation ne s'effectuant pas avant l'expulsion du drain, le port d'un bonnet et de protecteurs de conduit auditif est très recommandé pour ne pas trop affecter l'enfant qui désirerait se baigner quand même.


La tympanoplastie

La tympanoplastie

 est la technique consistant à refaire chirurgicalement le tympan. Cette opération remédie aux lésions d'une cicatrice d'une partie de la membrane du tympan et parfois de la quasi totalité du tympan (consécutive à une otite chronique en particulier). Elle consiste à faire une greffe cutanée ou d'aponévrose (membrane fibreuse enveloppant les muscles en les séparant les uns des autres) sur l'orifice secondaire à la perforation du tympan. Le plus souvent, on pratique parallèlement une réparation des lésions de la chaîne des osselets. La tympanoplastie est pratiquée sous anesthésie générale et nécessite entre 48 heures et une semaine d'hospitalisation.

La myringoplastie proprement dite est la technique la plus courante des tympanoplasties. Son but est la réparation d'une perforation du tympan résultant d'une otite (inflammation de l'oreille) ou d'un traumatisme. Cette réfection ou réparation chirurgicale s'opère au moyen d'un greffon. Généralement, il s'agit d'un fragment de la membrane fibreuse enveloppant le muscle temporal, c'est-à-dire le muscle situé sous le cuir chevelu au niveau de la tempe.

L'ossiculoplastie a pour but de réparer la chaîne des osselets (voir ci-dessus). Celle-ci présente une lésion le plus souvent à la suite d'une otite et plus rarement après une fracture ou une luxation des osselets. Ces deux opérations nécessitent une surveillance et un suivi d'environ 5 à 10 jours.

En conclusion, ces petits tubes de silicone ne représentent aucun danger pour la santé de l'enfant. Il n'y a donc aucun lieu de s'inquiéter si votre médecin vous propose ce traitement. Il est même souvent très effectif. Pour ce qui est de la tympanoplastie, cette intervention chirurgicale est plutôt un cas de force majeure, c'est-à-dire que de rares conséquences sont survenues à la suite de nombreuses répétitions d'otites.

Articles ayant un sujet connexe

Otite moyenne
Otites à répétition